Les banques en ligne de plus en plus ancrées dans notre quotidien

Arrivées dans les années 2000, les banques en ligne ont su s’imposer comme une véritable alternative face aux banques traditionnelles. Grâce aux taux bas elles ont véritablement gagné en importance sur ces dernières années, et notamment au cours de l’année passée. Si on devait les définir en un mot, ce serait certainement « gratuit ». Bien que tout ne soit de manière évidente pas gratuit, elles ont pour principale force de proposer de très nombreux services gratuitement.

En 2011, la filiale en ligne du Crédit Mutuel Arkéa, Fortuneo parvenait à attirer l’épargne de nombreux français mais sans réussir à faire abandonner l’établissement physique traditionnel à ces derniers. En effet, seulement 1 de ses clients sur 10 l’avait pour banque principale. En a peine 5 ans, cette proportion a quadruplé pour passer de 10 à 40%. En 2017, 50% de ses clients utilisent des services de banque au quotidien, placent leur argent dans l’établissement ou effectuent des transactions grâce à leur compte chez eux. Afin de convaincre toujours plus de ses clients d’abandonner définitivement leur établissement traditionnel, Fortuneo propose désormais le crédit immobilier, à l’instar d’autres établissement comme ING Direct ou Hello Bank!.

banques en ligne

La gratuité mise en difficulté par les taux bas

Comme vous le savez certainement, ce qui fait la vraie différence entre une banque physique et une banque dématérialisée, c’est l’absence d’enseignes. C’est grâce à cela qu’elles parviennent à réaliser de véritables économies et proposer des tarifs extrêmement compétitifs. On peut notamment citer la gratuité de la carte bancaire mais également des frais très intéressants pour l’offre de courtage,… Face aux taux bas, elles ont du mal à générer les marges espérées. En effet, les banques en ligne vivent principalement des taux d’intérêts qu’elles touchent lors des prêts. Ces derniers étant historiquement bas, elles peinent parfois tenir toutes leurs promesses de gratuité. Afin de remédier à cela, ING Direct a proposé en avril dernier un compte bancaire à 5 euros par mois qui est ouvert à tous, à l’instar du compte Monabanq à 2 euros par mois. La filiale en ligne de la Société Générale, Boursorama Banque propose également un service similaire dénommé Welcome. Ce dernier qui a vu le jour en septembre dernier permet également à tout individu d’ouvrir un compte, sans avoir à prouver aucun revenu minimal. Ce n’est pas un hasard si, pour la 8ième année consécutive l’établissement a remporté le titre de banque en ligne la moins chère du marché. En effet, son offre Welcome se démarque des autres grâce à son prix très nettement inférieur à ING Direct et légèrement moins cher que Monabanq. 1,50 euros par mois vous seront ainsi demandés pour profiter de tous les avantages d’un compte en banque classique.

On attend avec impatience la naissance de Orange Bank qui devrait avoir lieu d’ici quelques semaines seulement. Très peu d’informations ont été diffusées concernant l’offre mais une chose devrait être sûre : elle s’annonce très compétitive. Grâce à ses plus de 800 boutiques physiques, le géant des télécoms entend bien révolutionner le marché de la banque en ligne comme Xavier Niel l’avait fait avec Free pour le marché des télécoms. Bien que très bon marché, elle facturera malgré tout ses prestations, mais à quel prix ? En matière de compte payant, nous pouvons également citer la néobanque N26 qui proposait uniquement un tel compte pendant une longue période. Désormais, elle propose un compte gratuit sous réserve que le client effectue un certain nombre de transactions tous les mois.

Des livrets non réglementés moins intéressants

Mis à part les offres de bienvenue qui peuvent être très intéressantes (3% pendant deux mois chez BforBank et ING Direct), les livrets épargne des banques en ligne ont beaucoup souffert avec les taux bas. Cela les à conduit à se normaliser et à revoir légèrement leur offre afin de s’adapter au mieux au contexte actuel. Le PDG d’une très grande banque en ligne témoigne « Notre stratégie est d’élargir notre cible de clientèle pour faire croître notre fonds de commerce et réaliser ainsi des économies d’échelle ». On retrouve véritablement cette idée chez Boursorama Banque par exemple avec en ligne de mire les jeunes actifs et étudiants.

Une nouvelle offre est en train de voir le jour depuis un peu moins de deux ans avec l’apparition des néobanques qui effectuent toutes leurs activités via des applications mobiles, et sur les réseaux sociaux (comme Snapchatdestar.fr). Malgré tout, ces plateformes se mettent à dos une très grande partie de la population en refusant les découverts. En effet, près de 50% des français sont en découvert chaque mois. Par conséquent, elles limitent leur marché à seulement 1 français sur deux, ce qui est dommage… Si elles veulent séduire, il faudra vraiment revoir certaines choses dans leur modèle économique.

Les banques en ligne de plus en plus ancrées dans notre quotidien
5 (100%) 4 votes