Evitez les frais bancaires grâce aux banques en ligne

Si vous n’avez pas encore passé le pas de la banque en ligne, 2017 va rimer avec augmentation de vos frais bancaires. En effet, les établissements bancaires traditionnels prévoient une hausse de leurs tarifs comme ce fut le cas déjà en janvier 2016. A cette époque, la presque-généralisation des frais de tenue s’était traduite par une hausse non négligeable du coût de votre compte bancaire. 365 jours après, les banques réitèrent avec une nouvelle hausse significative de ces frais. 

D’après les données fournies par Le Point, ce sont notamment les frais de retrait en dehors des distributeurs du réseau de votre banque, ainsi que le prix des cartes bancaires à débit immédiat qui devraient connaître une augmentation très marquée.

Frais bancaires

Les taux faibles responsables de la hausse des frais

Face à des taux historiquement bas, les banque peinent à réaliser le chiffre d’affaire souhaité. En effet, l’octroi de prêts se fait à des taux très bas qui leur rapportent par conséquent que de (relativement) faibles revenus. Afin de faire face à cela et conserver une marge confortable, les banques se sentent obligées d’augmenter leurs tarifs bancaires et transférer leurs problèmes sur leurs clients. Malgré la remontée de ces taux fin 2016, les banques n’ont pas revu leur projet à la baisse et ont bel et bien  mis en application la hausse des tarifs en 2017.

Consternés par ces hausses devenues habituelles, les clients commencent véritablement à chercher d’autres solutions. Les banques en ligne profitent fortement de la mauvaise santé et popularité des banques physiques traditionnelles. En effet, entre 2013 et 2016, le nombre de clients quittant leur banque physique a doublé d’après les données fournies par l’AGEFI en novembre dernier. En 2016, le taux d’attrition des banques (indicateur mesurant le nombre de clients quittant la banque sur 100 clients) était de 4,3%.

Pourquoi y a-t-il tant de départs ?

Il est important de savoir que tout client peut à n’importe quel moment clôturer son compte et quitter sa banque. Depuis le 17 mars 2014 et la loi Hamon, elles sont d’ailleurs obligées de proposer à leur client un service gratuit d’aide à la mobilité bancaire. Cette année, la loi Macron viendra renforcer cette mesure à partir du 6 février 2017. Cette dernière oblige les banques traditionnelles et les banques en ligne à proposer un service de changement de domiciliation. Tous vos transferts de RIB au près des organismes effectuants des prélèvements ou des versements réguliers sur votre compte en banque. C’est un service extrêmement pratique qui permet aux individus de gagner de nombreuses heures. Par conséquent, les clients peuvent de plus en plus facilement quitter leur banque pour un établissement moins onéreux, comme une banque en ligne par exemple.

Une concurrence toujours plus forte des banques en ligne

A l’heure actuelle, on estime que les 6 banques en ligne du marché (ING Direct, Boursorama Banque, Fortuneo, Monabanq, Hello Bank et BforBank) ont conquis environ 3% du marché. Cela reste encore relativement négligeable mais il faut préciser que leur croissance ne cesse d’augmenter et qu’on attend plus de 10% de part de marché d’ici 2020. Les banques en ligne qui connaissent à l’heure actuelle la plus belle croissance sont certainement Boursorama Banque (+ 240.000 clients entre le 1er janvier 2016 et le 1er janvier 2017 ou Hello Bank! qui a presque doublé son nombre de clients en un peu plus d’un an).

Il faut dire que les banques en ligne proposent de réels avantages qui séduisent de nombreux nouveaux clients. Tout d’abord, les tarifs sont beaucoup plus compétitifs que chez leurs homologues traditionnels. En effet, toutes (sauf Monabanq) proposent une carte bancaire gratuite. En moyenne, comptez facilement 140 euros par mois dans votre établissement physique. Outre cela, le service client est d’excellente qualité et joignable jusqu’à 20h, 21h, voire 22h pour Hello Bank! en semaine. Grand plus des banques en ligne, vous pouvez même les joindre le samedi de 9h à 18h. Pour finir, elles offrent des Livrets Epargne non réglementés très généreux. On peut notamment citer ING Direct ou BforBank qui proposent un taux de bienvenue de 3% brut pendant les deux premiers mois (dans la limite de 100.000 euros pour le premier, et 75.000 euros pour le second). Nous n’avons ici cités que trois principales forces des banques en ligne, mais n’hésitez pas à consulter notre comparatif des banques en ligne pour découvrir leurs nombreux autres atouts.

De nouvelles banques sur le marché ? Orange Bank bientôt !

Nous attendons tous impatiemment le lancement de Orange Bank dont nous entendons parler depuis de très nombreux mois. Sauf contretemps, nous devrions pouvoir découvrir l’offre du géant des télécoms avant l’été 2017. A l’heure actuelle, on ne sait pas grand chose de l’offre qui sera proposée aux clients. Une chose est quasi sûre, il s’agira d’une offre très alléchante au niveau des tarifs. Le PDG du groupe, Stéphane Richard a annoncé avoir pour objectif de s’imposer comme le « Free de la banque en ligne ». Son objectif de 2 millions de clients d’ici 2020 n’en est pas moins prometteur… Il faut dire que c’est autant que le numéro 2 du marché, Boursorama Banque, qui a pourtant plus d’un million de clients d’avance.

Visiter Boursorama

Quoi qu’il en soit, forte de ses 850 boutiques physiques, Orange Bank risque véritablement de bouleverser l’offre établie et de provoquer un réel changement dans le monde de la banque en ligne. Tout laisse à penser qu’elle proposera un service alliant à la fois les avantages des établissements physiques et dématérialisés.

En ce qui concerne FreeBank, très peu de choses annoncent un lancement d’une banque en ligne au cours de cette année. Malgré tout, la société de Xavier Niel avait déposé auprès de l’INPI en juin 2000 la marque FreeBank présageant d’une future (proche ou lointaine) attaque du marché.

Pour finir, Facebook, le géant des réseaux sociaux, pourrait aussi débarquer sur le marché de la banque en ligne avec Facebook Bank dans les mois ou années à venir. En effet, en novembre dernier, la filiale Facebook Payments International Ltd s’est vue accorder le statut de prestataire de paiement et d’émetteur de monnaie électronique par la Banque centrale irlandaise. Ce statut lui donne ainsi la possibilité d’exercer une activité bancaire dans tous les pays membres de l’union européenne. Tout laisse ainsi à penser que Mark Zuckerberg n’en restera pas là…

Evitez les frais bancaires grâce aux banques en ligne
5 (100%) 2 votes