Quelle est la fiscalité du Livret Epargne ?

En France, le Livret Epargne est un placement très populaire. Il se divise en deux catégories : les Livrets Epargne qui sont dits « réglementés » et qui ont une fiscalité hautement avantageuse, et les Livrets Epargne qui sont dits « non réglementés » et qui ont une fiscalité bien spécifique.

Fiscalité d’un Livret Epargne réglementé

On entend par Livret Epargne réglementé un placement qui est contrôlé par l’Etat, tant au niveau du taux d’intérêt que des plafonds et de leur flexibilité. Vous connaissez probablement le Livret A, le LDD, le LEP ou encore le Livret Jeune – ces derniers font tous partie de cette catégorie.

Au niveau de la fiscalité de ces Livrets d’épargne, le particulier n’a pas à s’en soucier : il n’est jamais soumis ni à l’impôt sur le revenu (qui est généré des intérêts versés chaque année), ni aux cotisations sociales. Autrement dit, lorsque le Livret A est fixé à 0.75%, le particulier touchera 0.75% de son capital net. Il n’a rien à payer dessus.

Fiscalité du Livret Epargne

Fiscalité d’un Livret Epargne non réglementé

Chaque banque propose également son propre Livret Epargne. Nous avons d’ailleurs fait un comparatif des meilleurs Livrets d’Epargne pour les banques en ligne françaises ici. S’il est dit « non réglementé », les banques s’engagent néanmoins sur un certain nombre de points : le plafond, les frais liés aux opérations (versement, retrait, gestion), ou encore le taux d’intérêt sur une période donnée.

D’une banque à une autre, le Livret Epargne peut avoir des caractéristiques très variables, mais la fiscalité de ce Livret Epargne reste la même partout. Depuis 2013, la loi encadre très précisément la fiscalité de ces revenus, et il faut donc bien se renseigner avant de les déclarer. Heureusement, les bons gestionnaires de compte des banques en ligne sauront vous aiguiller au moment de la déclaration d’impôts.

Très clairement, la fiscalité du Livret Epargne s’aligne sur les revenus du travail. Pour une personne qui est résidente en France, il faudra s’acquitter de 15.5% au titre des cotisation sociales, puis 24% au titre d’un prélèvement fiscal. A cela, il faut encore rajouter l’impôt sur le revenu classique. Pour les ménages les plus modestes, il existe certains mécanismes dérogatoire qui leur permet d’éviter ces prélèvements.

Livret Epargne BforBank

Qui prélève les impôts et cotisations ?

Heureusement, la banque prend en charge une grande partie des tâches administratives, vous n’avez donc pas à vous soucier de grand chose. En effet, le prélèvement fiscal de 24% est réalisé automatiquement par la banque, avant même de vous avoir versé les intérêts. Pareil pour le prélèvement des cotisations sociales, qui est lui aussi réalisé par la banque en ligne.

C’est seulement l’année d’après que le contribuable devra alors déclarer les revenus générés par le Livret Epargne à l’administration fiscale. Il faut alors prendre en compte les intérêts bruts, évidemment. Petite subtilité : une partie des cotisations sociales prélevées la première année peuvent ensuite être déduite des revenus (CSG) à hauteur de 5.1%.

Dans une feuille de déclaration d’impôts, voici les cases à remplir :

  • Montant d’intérêts bruts en case 2TR
  • Montant d’intérêts bruts en case 2BH
  • Montant de l’acompte fiscal en 2CK
Quelle est la fiscalité du Livret Epargne ?
5 (100%) 1 vote