-->
HB

800 millions d’euros de fraude sur les virements, chèques et cartes en 2016

Bien que les banques et plateformes sur internet développement de plus en plus leur système de sécurité afin de lutter contre les fraudes, elles demeurent encore inévitables et de nombreux français continuent à se faire avoir tous les ans. En 2016, ce sont ainsi 800 millions d’euros qui ont été escroqués aux français sur leurs paiements par carte bancaire, par chèque ou par virement. Enquête sur ce phénomène qui peine à être combattu. 

800 millions fraude paiements

Les cartes, principales victimes

A l’heure actuelle, ce sont encore les cartes de paiement qui sont les principales victimes des hackers qui les privilégient devant les chèques ou les virements. Au total, toutes les fraudes totalisent quand même un montant avoisinant les 800 millions d’euros, comme le précise un rapport publié début juillet 2017. L’observatoire de la sécurité des moyens de paiements précise cependant que « Cette somme peut sembler relativement modeste au regard des flux de paiements échangés annuellement en France, de l’ordre de 27.000 milliards d’euros.

Elle représente toutefois une charge substantielle pour les utilisateurs et les fournisseurs de services de paiement ». Heureusement, les français disposent généralement d’une assurance incluse quand ils souscrivent à une CB auprès d’une banque. C’est par exemple le cas pour la carte bancaire Boursorama Banque.

Il est intéressant de noter que seuls les moyens de paiement émis par des institutions bancaires françaises sont prises en compte. Par exemple, un américain se faisant arnaquer en France et ayant une carte de paiement américaine ne sera pas comptabilisé dans les 800 millions d’euros fraudés en 2016 en France. Nous vous disions un peu plus haut que la carte est la principale victime. Et pour cause, elle représente plus de 50% des fraudes réalisés. La principale raison est tout simplement que c’est l’outil de paiement le plus utilisé. 33% des fraudes ont lieu sur les chèques et le reste concerne les virements (17% maximum).

Internet, vivier des hackers

Sans grande surprise, c’est sur internet qu’ont lieu les principales fraudes, et ce n’est pas lié à l’essor de la banque en ligne. Et pour cause, les chiffres parlent d’eux-même. En l’occurence, alors que les transactions sur internet ne représentent que 12% des flux financiers, ils représentent 66% du montant total des fraudes. Prenez également garde lors des transactions en dehors de la France. En effet, les paiements à l’international sont plus touchés par les fraudes que ceux restants dans l’Hexagone.

Le nombre de fraudes est assez impressionnant. En effet, en 2016, 4,8 millions de fraudes ont été comptabilisées en tout. C’est encore une fois les cartes qui comptent le plus grand nombre de fraudes. Cependant, l’observatoire constate tout de même une légère baisse du montant total des fraudes réalisées sur ce support. En effet, il est de 399 millions d’euros contre 416 millions en 2015. Le taux de fraude est lui aussi en baisse, passant de 0,070% à 0,064%, notamment grâce aux ajouts d’étapes supplémentaires lors de la sécurisation des paiements sur internet.

De manière assez étonnante, le paiement sans contact qui a explosé en France n’est pas trop touché par la fraude. En effet, en 2016, 630 millions de paiements sans contact ont été réalisés pour un montant total de 6,4 milliards d’euros. Le taux de fraude n’est que de 0,020% sur ce type de paiement, contre 0,019% en 2015. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau est particulièrement fier de ce très faible taux de fraude et déclare « On a un canal de paiement nouveau qui se développe dans de bonnes conditions, c’est très positif ».

Enfin, au niveau des autres moyens de paiement, le taux de fraude reste stable avec des niveau relativement bas. Les chèques accusent un taux de fraude de 0,025%, il est de 0,003% pour les prélèvements et de 0,0004% sur les virements en effets de commerce. « Le léger recul de la fraude sur la carte, ainsi que la stabilité observée sur celle des autres instruments de paiement, témoignent des efforts entrepris par les acteurs du marché des paiements en terme de sécurisation des transactions » précise l’observatoire à l’origine du rapport.

800 millions d’euros de fraude sur les virements, chèques et cartes en 2016
5 (100%) 1 vote