HB

Conditions de l’Assurance-Vie : contraintes et avantages

En 2017, le total de l’épargne placée sur l’Assurance Vie atteint 1.600 milliards d’euros, un niveau extrêmement élevé prouvant l’attractivité de ce placement très rémunérateur et proposant un risque très limité. C’est certainement le choix numéro 1 pour les personnes disposant d’un patrimoine assez important. Si elle a tant de succès, c’est également grâce à ses avantages fiscaux et ses garanties sur les revenus pour les fonds en euros. Malgré tout, ce n’est pas un produit d’épargne simple et nous allons vous présenter les différentes conditions de l’assurance-vie. 

Assurance vie conditions

Tout sauf une assurance

La première chose à savoir avec l’Assurance-vie, c’est que, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, c’est tout sauf une assurance. En effet, vous n’êtes couvert pour absolument rien avec ce placement. Et pour cause, il s’agit simplement d’un livret d’épargne sur lequel vous toucherez des intérêts et récupèrerez l’argent placé dessus.

Ce n’est donc absolument pas une assurance-décès qui permet à vos proches de toucher une somme importante en cas de décès prématuré. En versant de très faibles cotisations, vous permettrez vraiment à vos proches de toucher un montant important. En revanche, si vous ne décédez pas de manière prématurée (ce que nous espérons, bien entendu), alors vous ne toucherez rien et vos cotisations payées ne seront pas rendues.

Des avantages fiscaux sur le long terme

Toute la somme placée sur une assurance-vie peut être retirée à tout moment. Une fois votre demande effectuée, vous toucherez votre somme + intérêts sous 2 mois maximum. En revanche, si vous voulez optimiser votre épargne fiscalement parlant, il ne vaut mieux pas retirer l’argent placé sur votre assurance-vie après 2 mois… En effet, ce n’est qu’à partir d’un certain moment que les avantages fiscaux commencent à s’appliquer.

En l’occurence, après 8 ans, vous pourrez retirer 4.600 euros par an sans payer le moindre impôt. Si vous êtes un couple marié, le montant monte à 9.200 euros. Là où il est vraiment pas intéressant de retirer, c’est pendant les 4 premières années. En effet, un taux de prélèvement de 35% est appliqué sur les intérêts perçus, ce qui dissuade forcément les épargnants de retirer pendant cette période. Le taux descend en suite à 15% entre la 4e et la 8e année, ce qui entache encore un petit peu votre bénéfice sur vos intérêts.

Notez qu’il est possible de comptabiliser les intérêts retirés pendant les 8 premières années dans votre revenu. Cela peut être intéressant dans le cas où votre taux d’imposition est inférieur aux seuils de 35% ou 15%. C’est parfaitement possible et peut vous permettre de payer moins d’impôts. Autre avantage de l’assurance-vie, si vous retirez votre argent (somme placée + intérêts) suite à un licenciement, une invalidité ou une retraite anticipée, vous ne payerez aucun impôt. Sous cette angle, l’Assurance-vie peut un peu être perçue comme une vraie assurance.

2 options : fonds en euros ou unités de compte

Comme toujours en finance et lorsqu’il s’agit de placer votre épargne, plus vous voudrez des rendements importants, plus vous devrez être prêts à prendre des risques. A l’inverse, si vous ne cherchez pas de forts rendements, vous ne risquerez absolument rien et vous obtiendrez des intérêts prévisibles à l’avances à quelques dixième de pourcentage près.

Ainsi, avec l’assurance-vie, deux options s’offrent à vous. Si vous voulez assurer votre épargne, tournez vous vers les fonds en euros qui vous permettent de garantir votre capital et vous offrent des intérêts prévisibles. Le point faible de ce placement est que le rendement est relativement faible. Comptez en moyenne autour de 2,7% dans la banque en ligne (BforBank et Fortuneo sont au dessus de 3%).

Si vous recherchez d’importants rendements, c’est les contrats en unités de compte vers lesquels vous devrez vous tourner. Ils sont basés sur des produits des marchés financiers beaucoup plus risqués comme les actions, obligations, immobilier,… De fait, vous n’êtes en rien assurés de retrouver votre capital puisque la bourse peut à tout moment s’écraser. En revanche, sur le long terme, le potentiel de gain est vraiment intéressant et vous pourrez obtenir de biens meilleurs rendements qu’avec les contrats sur fonds en euros.

Au final, la plupart des épargnants choisissent une solution hybride entre fonds en euros et fonds en unités de compte. En effet, en investissant une partie de votre épargne sur chacun de ces deux fonds, vous vous assurez au minimum une partie de votre épargne en cas de crash, et, parallèlement, vous vous offrez la possibilité de générer d’importants rendements en diversifiant vos placements sur des fonds en euros. Les banques en ligne vous permettent, sans frais, d’effectuer des arbitrages qui consistent à changer l’emplacement de votre épargne d’un fonds en euros à un fonds en unités de compte et inversement.

Un contrat payant

Contrairement à un livret d’épargne qui est parfaitement gratuit à l’ouverture, à la gestion, aux versements et à la fermeture, l’assurance-vie comporte différents frais qui peuvent assez rapidement impacter vos rendements nets de frais de gestion. En effet, Il peut y avoir des frais sur les versements, des frais proportionnels à votre capital ou encore des frais d’arbitrage dans certaines banques traditionnelles. De fait, renseignez vous bien sur les différents frais avant de souscrire à un contrat d’assurance-vie. Une nouvelle fois, ce sont les banques en ligne qui se montrent les plus généreuses au niveau des frais sur les contrats d’assurance vie.

En l’occurence, les frais d’entrée sont en général gratuits et la gestion annuelle de votre contrat ne vous coûtera rarement plus de 0,5%. Ces frais peuvent parfois monter à 5% pour les versements et 1% sur le capital dans certains établissements bancaires. N’hésitez pas à essayer de négocier avec votre banque afin de réduire au minimum tous ces frais. En faisant jouer la concurrence, vous pourrez très souvent obtenir des réductions considérables, notamment sur les frais sur les versements…si il y en a ! Par exemple, chez Fortuneo, vous n’aurez aucun frais que ce soit à l’entrée, à la sortie, sur les versements ou encore pour vos arbitrages. Cela explique en grande partie pourquoi son rendement net de frais de gestion était de 3,10% sur le fonds en euros Suravenir Opportunités en 2016.

Choisissez les bénéficiaires

Si vous décédez, votre assurance-vie ne disparaît pas. De fait, vous devez, au moment de l’ouverture désigner le bénéficiaire « normal » (tant que vous êtes en vie) et le(s) bénéficiaire(s) en cas de décès. C’est (ce sont) cette (ces) personne(s) qui recevra (recevront) les capitaux si jamais vous décédez. Cela leur permettra de profiter des avantages fiscaux que vous avez cumulés sur votre contrat d’assurance vie. Il ne faut cependant surtout pas oublier de les spécifier, sinon, pas d’avantage…

Vous aurez la possibilité de désigner les personnes et de leur donner des parts égales ou inégales. Les personnes bénéficiaires peuvent aussi bien appartenir à votre famille qu’être des amis ou proches. Il est également possible de mettre des ordres de priorité sur les versements en cas de décès d’un des bénéficiaires. Par exemple, dire que A touchera 100% et B touchera 100% en cas de décès de A.

Transmettez votre patrimoine sans impôts

Pour les successions, l’assurance-vie est également un excellent placement. En effet, lors de votre décès, les personnes bénéficiaires pourront recevoir jusqu’à 152.500 euros par personne sans avoir à payer le moindre impôt. Notez que pour que cette action soit possible, les sommes versées sur votre contrat devront l’avoir été avant l’âge de 70 ans. Une fois la somme de 152.500 euros passée, le taux d’imposition sur la succession passe à 20%, puis 31,25% au dessus de 700.000 euros par personne bénéficiaire.

Comme nous l’avons dit juste au dessus, la fiscalité est vraiment très avantageuse pour tous vos versements effectués avant 70 ans. Cet âge passé, les conditions sont un peu moins favorables bien qu’elles valent encore le détour. En l’occurence, les primes investies bénéficient d’un abattement de 30.500 euros. Vous n’aurez aucun impôt à payer sur tous les gains de l’épargne. De fait, il est encore intéressant de placer de l’épargne après 70 ans puisque les avantages vus précédemment se cumulent à ceux que nous venons de voir à l’instant.

Conditions de l’Assurance-Vie : contraintes et avantages
5 (100%) 1 vote[s]