HB

Morning, de banque collaborative à banque mobile

Morning est une Fintech toulousaine fondée en 2013 par Eric Charpentier. Son nom était à l’origine Payname et ne visait qu’à devenir une banque collaborative afin de permettre aux clients d’assurer, déclarer et payer les services entre particuliers. C’était alors une sorte d’application mobile très proche des plateformes de crowdfunding comme KissKissBankBank par exemple. Désormais, les choses ont bien changé et Morning devrait revoir le jour sous de plus belles couleurs en tant que banque 100% mobile. 

Morning banque collaborative 100% mobile

Morning : banque collaborative 100% mobile

Morning souhaite vraiment laisser la parole à ses clients. Pour cela, elle garde une interface très transparente et très ouverte avec des services on ne peut plus innovants pour répondre à de nouvelles demandes. Lorsque Eric Charpentier l’a crée, il ne s’agissait que d’une banque collaborative. Très vite, le créateur a eu pour idée de se tourner vers des services plus proches de ceux d’une banque en ligne, mais en voyant cela d’un point de vue plus innovant. A l’heure actuelle, on ne peut pas vraiment considérer que Morning soit réellement une banque. En effet, il s’agit plus d’une plateforme de financement collaborative sur laquelle vous avez la possibilité de créer des cagnottes, un peu à l’instar de Leetchi. A l’heure actuelle, Morning n’est soutenue par aucune banque et c’est certainement ce qui fait sa spécificité…et sa lenteur de développement.

C’est en juin 2016 que Payname a changé de nom pour devenir Morning. A partir de ce moment, son statut passait vraiment de banque collaborative à néobanque, ou banque 100% mobile. On retrouve de gros concurrents dans ce domaine comme, par exemple, Soon et N26, ou, très bientôt, Orange Bank, la banque en ligne 100% mobile du géant français des télécoms. Malheureusement pour la jeune Fintech toulousaine, de nombreuses difficultés rencontrées à la fin de l’année 2016 la mettent à deux doigts de la faillite. Par conséquence, l’ACPR avait suspendu l’activité de Morning avec une multitude de mesures conservatoires. Suite au rachat de Morning par la Banque Edel, son fondateur, Eric Charpentier a quitté son petit bébé du fait de certains désaccords avec le nouvel actionnaire majoritaire, la MAIF.

Un objectif : changer le monde

Les ambitions du fondateur de Morning n’étaient pas moindres. En effet, il voulait tout simplement changer le monde et avait de bonnes chances d’apporter une vraie nouvelle vision avec sa banque collaborative. En effet, sa principale mission était de donner le pouvoir aux clients de son application, leur permettre d’avoir un contrôle sur les sommes déposées sur Morning. Ses ambitions ne visaient pas seulement la France, mais également l’ensemble des pays européens en cas de succès de l’essai français. La véritable force qui se cachait derrière la banque collaborative Morning est qu’elle ne dépend vraiment de personne. En effet, en aucun cas il ne s’agissait d’une petite Fintech visant à être revendue dans les plus brefs délais à un opérateur majeur. En effet, cela était totalement contraire à la mentalité d’Eric Charpentier qui rappelait souvent qu’être dépendant d’une structure n’a aucun intérêt si on a pour objectif de changer le monde.

Si tout cela n’est resté qu’à l’échelle de projet et que Morning ne reste, pour l’instant, qu’une banque collaborative, c’est parce que la MAIF a laissé la place à Edel Banque. Avec, en parallèle, le départ d’Eric Charpentier, l’avenir de Morning sera très certainement différent de ce que son créateur aurait espéré. La néobanque va donc revoir un peu ses projets. Peut-être que Leclerc s’en servira comme banque en ligne à l’instar de Carrefour qui a récemment lancé Carrefour Banque ?