HB

Les pièces de 1 et 2 centimes pourraient disparaître

Un récent rapport préconise la suppression des pièces de 1 et deux centimes, ce qui pourrait constituer une première étape vers le « zéro cash ».

pièces de 1 et 2 centimes

À la demande du gouvernement, le comité d’action publique 2022 (Cap 2022) s’est penché sur l’étude de l’économie publique afin de trouver des pistes permettant de « réinventer le service public pour mieux servir ». Il y a quelques jours, c’est un total de 22 réformes qui a fuité dans la presse, toutes chargées de faire baisser la dépense publique, une priorité de l’actuel président la République, Emmanuel Macron. Outre la suppression des taux réduits de TVA ou l’assouplissement du statut de fonctionnaire, le Cap 2022 suggère au gouvernement de supprimer les pièces de 1 et 2 centimes.

Comme l’écrit le comité des 40 experts : « nous proposons d’aller progressivement vers une société sans espèces, à l’image de la Suède (…) On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple ». Depuis octobre 2015, l’Irlande a effectivement renoncé à utiliser ces petites pièces rouges pour des raisons économiques. En effet, le pays avait expliqué que la production des pièces coûtait presque plus cher que les pièces elles-mêmes.

Un risque, mais des avantages financiers à supprimer les pièces de 1 et 2 centimes

Néanmoins, un risque suscite lorsque l’on évoque la suppression de cette petite monnaie. Déjà évoqués en 2015 par le PDG de la Monnaie de Paris, Christophe Beaux, les prix seront certainement arrondis à l’unité supérieure. De fait, la disparition des pièces concernées représentait forcément une hausse des prix et une baisse du pouvoir d’achat.

Malgré ce risque, la majorité des français semble être favorable à cette suppression, selon un Eurobaromètre portant sur la zone euro et datant de la fin de l’année 2017. De plus, la France est confrontée au même problème de coûts de production, si bien que la fabrication d’une pièce de 1 centime coûte 1,2 centime. Ces deux pièces ne seraient également que très peu utilisées par rapport à l’argent nécessaire à leur fabrication.

Cette initiative s’inscrit dans une démarche plus large qui s’axe peu à peu vers le zéro cash, un objectif devant permettre d’importantes économies. De fait, cet objectif pourrait être atteint au cours de l’année 2020 et logiquement profiter aux paiements par carte bancaire. Difficile, pour l’instant, d’imaginer que les administrations françaises réussiront à atteindre ce but d’ici deux ans, en raison de l’importante transition qu’il y aurait à effectuer pour y parvenir.

Les pièces de 1 et 2 centimes pourraient disparaître
5 (100%) 1 vote