HB

Le taux des crédits immobiliers chute encore en mai

Alors que l’Observatoire Crédit Logement / CSA vient d’annoncer que les prêts immobiliers accordés ont baissé de 16,9% au T1 / 2018 par rapport à la même période de l’année dernière, les banques ont redoublé leurs efforts pour atteindre leurs objectifs sur l’année 2018. Conséquences, elles ont revu à la baisse leurs taux encore pour le mois de mai.

Immobilier

Certes, l’année 2017 a été une année record. Pour autant, les banques veulent continuer d’enregistrer des volumes importants en matière de crédit immobilier et elles jouent beaucoup sur les taux d’intérêt pour continuer de maintenir leur compétitivité. Selon le rapport publié par Meilleurtaux, les taux ont chuté encore de 0,05% par rapport au mois d’avril 2018. Le même constat est relevé chez Emprunt Direct qui enregistre une baisse de 0,1% à 0,2% selon les durées.

Une raison qui explique la chute des volumes sur le premier trimestre 2018 est la baisse des renégociations de crédits. En l’occurrence, la plupart des emprunteurs ont déjà renégocié leur crédit en 2017, et ils n’ont donc plus de réel intérêt à le refaire. Cela pénalise ainsi directement la production de crédits pour les établissements agréés.

Une baisse régulière depuis la fin de l’été 2017

L’Observatoire Crédit Logement explique : « Depuis la fin de l’été 2017, les taux des prêts immobiliers diminuent doucement, de l’ordre de 1 point de base chaque mois et ils ont, en avril 2018, retrouvé leur niveau de l’hiver 2017 ». Sur les derniers mois, le taux moyen toutes durées confondues est passé de 1,51% en décembre à 1,49% en mars et 1,47% en avril. Une nouvelle fois, la banque en ligne s’avère être très compétitive sur ces produits bancaires : le taux de base chez Fortuneo est de 1,62% sur 15 ans, celui de Boursorama Banque est de 1,65% – en sachant que ces derniers sont largement négociables selon le profil des emprunteurs.

Si l’on parle de record de taux aujourd’hui, c’est parce qu’on a vu dans les dix dernières années des taux bien inférieurs à ce qu’on aurait pu voir. Au début de la crise financière de 2008, les taux moyens, toutes durées confondus, sont remontés jusqu’à 5,35%. Certes, il s’agissait d’une situation exceptionnelle, mais ils ont mis beaucoup de temps à redescendre. En décembre 2013, le taux moyen s’établissait encore à 3,03% selon l’Observatoire Crédit Logement / CSA.